29 mars 2009

Au programme - mars 2009

Programme théâtral à nouveau chargé en mars, enfin surtout comparé à janvier et février...
Avec une reprise, et une sortie euh... avant-première (à Paris en plus!), mais qui n'a rien à voir avec le théâtre, donc, dont je ne vous parlerai pas ici!  :-)
Mais par contre, je vous en parle sur l'autre blog... compte-rendu complet de la "Nuit" Kaamelott (mais séance de 11h) au Grand Rex ici

* Sois belge et tais-toi
Eh oui, je suis donc retournée voir le spectacle le 5 mars à Auderghem!
Toujours aussi "au top", rien à redire, c'est même encore mieux qu'en décembre, sans doute des comédiens plus à l'aise avec le texte et la mise en scène donc se lâchant plus! (et, non, je ne trouve pas que ce soit de la déconcentration sur le rythme, c'est bien aussi le grain de folie et les fous rires impromptus!!).

A vous signaler aussi : le DVD est déjà sorti cette année! Eh oui, avant la fin de la tournée!
Avec le spectacle apparemment en version intégrale, et quelques petits bonus 'coulisses'...
Je l'ai déjà acheté, mais je ne le regarderai pas tout de suite (faut pas abuser des bonnes choses), donc, 'review' du DVD avec print screens pour plus tard!
Mais en attendant, si vous avez raté le spectacle... il vous reste 2 dates de rattrapage en mai (le 4 à Woluwé, le 5 à Gilly), ou alors, à commander le DVD!

* Texto, au Théâtre de la Toison d'Or
Alors là... gros, gros coup de coeur!
OK, c'est tout à fait dans la veine des spectacles que j'aime, ceux auxquels j'accroche... Donc forcément j'ai adoré et passé une soirée excellente. Mais objectivement, je crois que ce spectacle qui part de cette question : "c'est quoi, être juif?" et qui questionne l'être humain bien au-delà de la religion, quelle qu'elle soit, ce spectacle, donc, a beaucoup d'atouts!

Difficile de vous résumer cette pièce d'Albert Maizel, d'autant que l'intrigue repose aussi sur un certain suspense !
Alors, en quelques lignes, au début de la pièce, dans son appart, il y a Michel, un avocat. Juif, puisque c'est d'être juif qu'il est apparemment question dans la pièce. Il commence une drôle de journée, sous pression, pendu au téléphone, entre sa femme qui lui annonce qu'il risque bien d'être élu 'personnalité juive belge francophone de l'année', son fiston qui découvre les p'tites copines, un client qui le félicite d'une initiative de son confrère, un autre qui veut le quitter à cause de cette même initiative...
Et Serge, le fameux confrère, qui n'est pas joignable... Et puis débarque Michel, un autre Michel, le 3ème larron qui avait fondé le cabinet, 3 anciens potes inséparables autrefois... Michel, parti au fin fond du Caucase s'occuper de réfugiés, pas revu depuis plus de 6 mois... qui déboule en tenu folklorique chez le premier Michel, pour lui rappeler une promesse: ce week end, les 3 amis devaient aller marcher dans le Mercantour. Serge serait déjà sur la route, à en croire les textos reçus par Michel sur cet étrange téléphone portable...
Mais quelle est donc la 'mission' réelle de Michel, que vient-il faire chez son ancien ami, que sait-il exactement de... ? Pourquoi pose-t-il tant de questions à Michel sur le sens de sa vie, sur ce que c'est pour lui d'être juif...?

Eh oui, derrière cette intrigante histoire, il y a des questions et des réponses. Seulement, peut-être que les réponses fournies dans la pièce ne correspondent pas aux questions posées... Peut-être que certaines resteront ouvertes, sans réponse, parce qu'après tout ne dit-on pas qu'un juif, quand on lui pose une question, répond par une question?

Ce qui est sûr, c'est que dans cette pièce, il y a quand même énormément d'humour, bien mis en avant dans la mise en scène d'Alexis Goslain, et qu'on rit beaucoup!
Et aussi, et surtout, qu'il y a deux comédiens qui se font face avec énormément de talent, qui s'amusent avec ces personnages, qu'ils campent de façon totalement convaincante : Itzik Elbaz, exceptionnel, décidément capable de tout jouer, à mille lieues des rôles dans lesquels j'ai déjà ppu le voir, il est le premier Michel, l'avocat qui a oublié un peu le sens de sa vie, et il est juste incroyable, par moments cocasse, avec un côté un peu 'Michel Boujenah' en moins exagéré, par moments dépassé et paumé, sentant bien qu'il y a des trucs qui lui échappent...
En face, Jean-François Rossion est plus posé, avec un côté doux et rassurant dans le sourire, mais mystérieux à souhait quand il le faut...

En conclusion, je ne peux que vous encourager à aller voir cette pièce, très drôle, avec pas mal de profondeur, des fous rires, des questionnements, et deux acteurs épatants!
A voir au TTO jusque fin mars!

* Les grandes occasions, Théâtre du Parc
Du théâtre américain contemporain... un p'tit côté "Tennessee Williams" pour cette pièce de Bernard Slade, présentée au Parc dans une 'traduction'/adaptation de Danièle Thompson, ce qui donne de chouettes dialogues plutôt bien envoyés!

L'histoire? Il s'agit d'un couple, Emilie et Antoine. Mariés, 3 enfants. Au début de la pièce, ils fêtent leurs 15 ans de mariage, mais le coeur n'y est pas. Car ils vont se séparer, entre eux, ce n'est plus possible. Enfin... ils ne se comprennent plus, c'est difficile, elle ne peut vivre ni avec lui, ni sans lui... Alors, pendant 10 ans, on va suivre ce drôle de "couple" qui se retrouve lors de "grandes occasions" comme le titre l'indique, enterrement de la mère d'Antoine, fin des études de leur fils, premier concert de l'aînée, remariage, soirée de Noël... 10 ans qui permettront peut-être enfin à Antoine et Emilie de s'apprivoiser, de se parler sans fard, sans masque, de se voir tels qu'ils sont et de s'expliquer...

La pièce, c'est donc une suite de petites saynettes, souvent à deux, parfois avec seulement l'un des protagonistes. C'est souvent drôle, et souvent touchant aussi. Car les dialogues sont ciselés, car l'histoire, c'est simplement la vie, où rien n'est simple, où les choses ne se passent pas comme on le voudrait, où on se fait du mal sans le vouloir, où on n'arrive pas à se parler... Palette de sentiments, d'émotions, et forcément, ça parle aussi aux spectateurs, il y a forcément l'un ou l'autre passage qui réveille un écho en chacun de nous...
Jolie pièce, humaine et touchante, portée par deux comediens exceptionnels : Patricia Houyoux et Jean-Claude Frison. Ils sont absolument impeccables, jouent avec énormément de nuances ces deux personnages et la complexité de leurs relations et leurs sentiments, sont parfois cocasses, parfois forts, parfois fragiles, parfois pathétiques... Du grand art qui permet à cette pièce, sobrement et efficacement mise en scène par Toni Cecchinato, d'être très réussie et qui fait passer un moment agréable aux spectateurs!

A voir au théâtre du Parc jusqu'au 4 avril!

* Facteur humain, Théâtre le Public
Le Publis sous-titrait, pour cette pièce, "comédie extra-terrestre"...
Bon alors, extra-terrestre, peut-être bien, mais comédie... Moi j'ai pas trouvé ça franchement comique! Mais plutôt agressif, et je ne suis pas la seule, à ce que j'ai entendu comme commentaires en sortant!
Agressif, dans la forme, avec de la musique assez grinçante par moment, des sons genre "guitares électriques saturées", des grondements et des bourdonnements, des cris...
Agressif dans le propos aussi, dans une vision sans concession de la société et du monde, dans le côté plutôt sordide de cette peinture de folie ordinaire qui cache un drame...

Donc, as trop ma tasse de thé, et je n'ai donc pas accroché à ce spectacle, inspiré apparemment d'un reportage du magazine 'Strip Tease', qui raconte l'histoire d'un homme, Ludovic-Victor dit Toto, ou plutôt un extra-terrestre, envoyé en mission sur terre pour observer et faire des rapports à sa planète d'origine, et qui construit lentement mais sûrement sa soucoupe volante dans le jardin, afin de pouvoir rentrer et rejoindre son père, déjà reparti vers leur planète.
En attendant, il vit chez sa mère, le genre envahissante et sur-couveuse qui a peur que son petit l'abandonne. Une mère perdue entre les médicaments très nombreux dont elle se gave, et son amour du Magicien d'Oz. Elle tient un kiosque à journaux, où Toto la remplace souvent, pour vendre les magazines (il en profite pour découper dans les journaux les faits divers glauques et sordides, coupures qu'il collectionne et qui lui servent à réaliser ses rapports sur la planète Terre!
Mais un jour, une jeune fille étrange survient au kiosque. Elle dit s'appeler Cendre, et va petit à petit prendre de la place dans la vie de Toto, jusqu'à ce que finalement, tout bascule...

Une histoire étrange donc, qui flirte avec la folie et touche donc aussi au franchement sordide par moments.
De bonnes performances d'acteurs cependant à souligner, en particulier Jo Deseure, qui est grandiose pour camper la mère, Thierry Janssen, qui interprète Toto et est aussi l'auteur de la pièce, et Erika Sainte, qui est l'énigmatique Cendre.
Bref, un drôle de coctail, dont vous sortirez au moins en fredonnant 'Somewhere over the rainbow', mais pas vraiment optimiste, donc... à tenter si vous aimez les pièces un peu agressives et un peu destroy!
Au Public jusqu'au 25 avril.

Posté par on deblogge à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Commentaires sur Au programme - mars 2009

Nouveau commentaire